Description de l'image

Voir en profondeur


Par ses cadrages spontanés, Isabelle Orsini restitue des ambiances, isole des signes visuels, le détail perdu qui ne se remarque pas et dans lequel elle devine des sens à effeuiller.

 

Pour elle, photographier est voir en profondeur

Elle aime brouiller les pistes, laisser à deviner, à imaginer, à penser afin que celui qui observe ses photos s’interroge, sur lui-même, les autres, le monde, la vie, la mort, le rien et le tout.

 

Son œuvre photographique est une réponse intuitive et plurielle à ses questionnements sur le monde.


 

&

Description de l'image

Questionner le monde du regard (Extrait du dossier de presse)

 

 

 

Isabelle Orsini affectionne les lieux abandonnés ou fortement marqués par l’usure du temps, pointe les égarements humains avec un détachement – humoristique, parfois. Elle joue du contraste entre réalité crue et poésie. Elle se définit comme une archéologue qui viendrait du futur pour archiver des traces de notre époque.


S’il existe une esthétique de la laideur dans son travail, c’est pour mieux mettre en relief l’esthétique du beau : s’exprimant très souvent en diptyque dans ses expositions, elle confronte l’un et l’autre ; et de cette confrontation surgit un message fort, plus percutant que n’importe quel discours, ou n’importe quel mot.


Avec son regard d’archéologue - sa vision détachée, elle se tourne résolument vers la beauté du monde. ‘C’est l’autre facette de notre réalité. Le monde dans lequel je vis, obnubilé par sa noirceur, en oublie sa beauté. J’entends la montrer’. Elle part alors en quête de cette beauté présente qu’elle cueille à coup de regards.


Elle photographie les instants, les impermanences, les matières, les éléments, les êtres de ce monde, avec recul, comme si elle était capable, tout en étant pleinement présente à cette réalité, à ne pas y appartenir complètement, comme si elle naviguait entre passé, présent et futur. 

Une voyageuse du temps en quelque sorte.


Alors, à contre temps de son temps, elle pointe avec humour les dérives sociétales qui, pour elle, expliquent l’égarement de l’homme dans un monde qui n’est plus à son échelle.

Son œil nous emmène en voyage dans notre monde et réussit le tour de force de nous dépayser : si la photographie est l’art de la lumière, c’est surtout, pour Isabelle Orsini, le moyen de voir au-delà des apparences et  inscrire de la profondeur au monde.


Ses images juxtaposent, confrontent et deviennent messages, signes, humble matériau de conscientisation d’une réalité dépassant les apparences superficielles.


Elle résume son travail ainsi : 'Si pour certains la photographie est un voyage onirique, une fabrique d’illusoire réalité, pour moi, photographier, c’est voir en profondeur, au-delà des apparences trompeuses et de l’illusion, au-delà des habitudes, voir la réalité formelle, simplement, et voir qu’en elle, les secrets de la vie se dévoilent à qui sait les voir.

Voir au-delà, c’est voir du sens là où, bien souvent, on dit:' il n’y a rien à voir' ; or il y a toujours à voir'.

 

Description de l'image
Description de l'image

Photographie book.Isabelle Orsini